LE MOYEN AGE LA RENAISSANCE LE XVII SIECLE LE XVIII SIECLE LE XIX SIECLE LE XX SIECLE

La Francophonie

Le Québec

1910 La fondation du journal Le Devoir de Montréal.
1914-18 La Première Guerre Mondiale révèle les divisions entre les communautés anglophones et francophones. L'enthousiasme d'entrer en guerre avec les Britanniques n'est pas partagé par les francophones dont les liens affectifs avec la France ont perdu leur intensité après trois siècles de séparation. Les mesures de circonscriptions (1917) sont contestées et des voix en faveur de la séparation de la province s'élèvent.
Années 20
Le phénomène migratoire et la multiplication des provinces de l'Ouest (la Saskatchewan, l'Alberta et le Manitoba) diminuent le poids politique des députés canadiens-français. La représentation du Québec au Parlement n'est que de 27% en 1924. Les mesures politiques visant à diminuer et restreindre l'usage du français dans les provinces anglaises (Alberta, Manitoba, Saskatchewan et Ontario) inquiètent les Canadiens-français. L'adoption du Règlement XVII (qui restreignait l'enseignement du français à une heure par jour dans chaque école) diminuait encore davantage l'influence française. Henri Bourassa du journal Le Devoir. Certains écrivains on marqué la vie québécoise de cette époque. Il s'agit notamment d'Émile Nelligan et du chanoine Lionnel Groulx, En ce qui concerne les œuvres, on citera Maria Chapdaleine, L'Appel de la race de Groulx, roman dans lequel il remet en question la Confédération et préconise l'établissement d'un état souverain.
1929 Le krach de Bourse de New York. Les conséquences économiques sont désastreuses pour toute la société canadienne et québécoise en particulier. Un homme et son péché de Claude-Henri Grignon et Trente arpents de Ringuet (nom de plume de Philippe Panneton) sont deux romans de terroir qui reflètent les conséquences sociales de la crise. Plusieurs réformes sociales furent prises en faveur de la population, toujours dans un sens nationaliste. Tel est le cas de la nationalisation de Hydro-Québec.
1942 Le progrès dans l'enseignement se résume par la loi de l'instruction obligatoire votée par le gouvernement Godbout. En 1948, la construction de l'Université Laval s'achève. Elle deviendra l'Université de Montréal. L'Université de Sherbrooke est créée en 1954. Cette époque connut beaucoup d'écrivains de taille.
1948-75 Les deux pôles de ce qu'on appellera la Révolution tranquille (Quiet Revolution) qui ira jusqu'en 1975. De 1944 à 1959, Maurice Duplessis se fait élire tous les quatre ans. Cette période fut marquée par un conservatisme dur et un nationalisme basé sur la religion et la vie agricole. Les réformes sociales et dans l'enseignement se poursuivent. L'esprit souverainiste prend de l'ampleur dans la vie politique nationale. Deux partis se distinguent : Le Front de Libération du Québec (FLQ) qui choisit une voie dure et le Parti québécois fondé en 1968 avec à sa tête René Lévesque qui adopte une voie modérée.
1976 Le PQ gagne les élections au Québec et s'embarque sur une voie de réformes diverses. L'esprit souverainiste se traduit par une législation concrète. La loi 101 ou Charte de la langue française fait du français la seule langue officielle au Québec. Cette loi sera mitigée par l'intervention fédérale.
1980 Le referendum sur la souveraineté enregistre 59 % des non.
23 juin 1990 Expiration du délai pour signer l'Accord du lac Meech : La Terre-Neuve et le
Manitoba, parce qu'ils n'ont pas entériné cet accord, rendent l'Accord du lac Meech caduc.
1995 Le 2ème référendum enregistre sous Jacques Parizeau, une défaite très faible : 50,6 % contre, et 49,4 % pour.
1997 Aux élections fédérales, les souverainistes du Bloc québécois enregistrent un important recul. Ils ne conservent que 44 sièges.

2003

Le Parti Québéquois perd les éléctions provinciales au profit des libéraux avec Jean Charest moins enclins à poser la question souvérainiste.

Quelques raisons pour réclamer la souveraineté du Québec. Pour plus d'information, consulter cette page : http://www.geocities.com/quebecpays/home.htm. Vous pouvez consulter aussi http://iquebec.ifrance.com/QUEBECUNPAYS/

Textes à lire

Les Relations des Jésuites.
La Charte de la langue française
Les poèmes révolutionnaires

Liens

Les exploration de la Nouvelle France
Chronologie de l'Histoire du Québec
L'Histoire contemporaine
Musée virtuel du Québec


La Francophonie africaine et antillaise:

La colonisation du continent africain : 1885-1960.
  Les grandes puissances (Le Royaume Uni, France, Allemagne, Portugal, Belgique) se partagent l'Afrique à la Conférence de Berlin en 1885 sous la direction du chancelier allemand Otto von Bismarck.
La littérature coloniale.
  Elle décrit les paysages et les hommes pour eux-mêmes. Cependant, comme Lilyan Kesteloot le dit, " leur regard est faussé par l'idéologie et le systèmes coloniaux où les Européens étaient en situation de maîtres et les Africains de subalternes. " (Mémento de la Littérature Africaine et Antillaise : Histoire, œuvres et auteurs. Versailles : Les classiques africains, 1995.)

La genèse de la littérature en langues européennes a eu plusieurs facteurs.

  1. L'influence des noirs américains dans les colonies : Booker T. Washington fonde le premier collège pour noirs à Tuskeegee, en Alabama. On notera l'influence de W. E. B. Dubois auteur d'Ames noires (Black Souls) (1903). Il fondera aussi le NAACP. Dubois aura aune grande influence sur les premiers intellectuels africains tels que Georges Padmore, Nkwame Nkrumah, Nandi Azikiwe, Jomo Kenyatta. Marcus Garvey fonde la UNIA ainsi que le mouvement pour le retour des noirs en Afrique.

  2. L'École haïtienne. Avec l'occupation américaine (1915), il y a eu un regain d'intérêt dans la culture haïtienne. L'indigénisme était un mouvement qui étudiait profondément le folklore et la culture des masses. En 1927, la revue Lucioles continua les même objectifs. Cette période a connu d'autres figures de proue dont Léon Laleau, Jacques Roumain (Bois d'ébène, Gouverneur de la rosée), Jean-François Brière (Black Label), Roger Dorsinville, Jacques Stephen Alexis et Jean Price-Mars (Ainsi parla l'oncle).
Première Guerre Mondiale
  Le Mouvement surréaliste. Ce mouvement a inspiré les lettres africaines par sa rébellion contre la poésie classique, l'appel aux théories de Freud notamment l'inconscient. On rejette l'art bourgeois en faveur du primitivisme et l'anticolonialisme. Parmi les artistes et les écrivains qui ont marqué cette période, on peut retenir Picasso, Vlamink, Braque, Derain, Giocometti, Apollinaire, Breton, Tristan Tzara, Philippe Soupault (Le Nègre, poésie), Michel Leiris et Blaise Cendrars (Anthologie nègre, 1920). Durant cette période, Joséphine Baker lance la musique nègre à Paris alors que le jazz, introduit par les soldats américains lors de la Première Guerre Mondiale, est déjà populaire.

René Maran, un administrateur français d'origine guyanaise, écrit un roman Batouala pour lequel il obtint le prix Goncourt en 1921. Cette attribution fit scandale dans les milieux intellectuels français.
La Négro-Renaissance ou Harlem-Renaissance aux Etats-Unis (1920-1930):
 

Langston Hughes, Claude Mac Kay, Countee Cullen, Sterling Brown, James Toomer. L'envahissement du jazz en Europe. Paris devint le centre de la culture noire. En 1922, ils publient le Manifeste Nègre : " Nous, créateurs de la nouvelle génération nègre, nous voulons exprimer notre personnalité noire sans honte ni crainte. Si cela plaît aux Blancs, nous en sommes fort heureux. Si cela ne leur plaît pas, peu importe. Nous savons que nous sommes beaux. Et laids aussi. Le tam-tam pleure et le tam-tam rit. " Langston Hughes et Claude Mac Kay furent les plus lus en Afrique et aux Antilles. Leurs œuvres s'inspirent des blues, du jazz, et des plantations songs.

Les mouvements culturels cubains. Nicolas Guillén est l'auteur le mieux connu dont la poésie exprime une sensibilité africaine. Dans Motivos del son il dénonce l'exploitation des hommes derrière l'exotisme et le tourisme tout en déplorant la domination des descendants des esclaves noirs dont la grande majorité des Cubains font partie

1930-1935

Ces années marquèrent un tournant décisif dans l'évolution des lettres africaines. Quelques revues étaient importantes dans les milieux Mouvements parisiens.

a) La Revue du monde noir, 1931. Animée par Paulette Nardal et le docteur Sajoux, la revue n'a eu que six numéros. Cependant, elle a permis non seulement la diffusion des idées, mais aussi la rencontre de plusieurs écrivains noirs dans les salons : Langston Hughes, Mercer Cook, René Maran, Léon Damas, et les frères Achille.
b) Le manifeste de La Légitime Défense, 1932. Les principales figures sont Etienne Léro, Maurice Sabat-Quitman, Jules Monnerot, et René Ménil. Sur le plan politique, les concernés dénoncent le colonialisme. Sur le plan littéraire, ils prônent le recours au surréalisme. Sur le plan culturel, ils défendent l'authenticité du folklore créole, les poètes de la négro-renaissance ainsi que les écrits de Nicolas Guillén. La revue fut interdite pour sédition.
c) L'Étudiant noir, 1934. Elle réunissait tous les étudiants noirs à Paris sans distinction d'origine. Elle était à la base de la naissance de la négritude. Le movement connut à sa tête le tandem Aimé Césaire, Léopold Sédar Senghor, et Léon Damas.

 

La négritude. Néologisme du Martiniquais Aimé Césaire. Le terme n'a pas toujours la même définition chez les tenors de la négritude. Pour Césaire, la négritude " C'est le fait d'être Noir et l'acceptation de ce fait, de son destin de Noir, de son histoire et de sa culture. " Pour à Senghor, " Ce sont les valeurs culturelles du monde noir, l'esprit de la civilisation africaine. " Pour Léon Damas, " c'est le fait de défendre sa qualité de Nègre. " Enfin pour Sartre, la négritude est " l'être-dans-le-monde du Noir ", une certaine "essence noire."

La création du mouvement de la négritude, le militantisme des milieux intellectuels surtout de gauche, et des catastrophes de la Deuxième Guerre Mondiale marquèrent une nouvelle étape dans la littérature africaine francophone.

1946 Loi Lamine Gueye, les indigènes peuvent devenir français
1947 Création de la revue Présence Africaine, 1947 par Alioune Diop sous la direction de Georges Balandier, Théodore Monod, Michel Leiris, André Gide, Emmanuel Mounier, Léopold Senghor, Jean-Paul Sartre, Aimé Césaire et Paul Rivet. Le but de la revue était de véhiculer les idées et les écrits de l'écrivain noir. La revue fit connaître beaucoup d'écrivain dont Camara Laye par L'Enfant noir (1953).
1948 Publication de L'Anthologie de la Poésie négro-africaine (Seuil), avec une préface de Jean-Paul Sartre intitulée Orphée noir. Ce fut comme la naissance officielle de la littérature négro-africaine.
1953-1955 Premiers romans africains reconnus.
1953 Laye Camara L'Enfant noir
1956 1er Congrès des arts nègres à Paris, juste après la Conférence de Bandoeng en Indonésie.
1958 Communauté française et la la Guinée-Conakry devient indépendante en disant "non" à De Gaulle
1959 2ème Congrès des arts nègres à Rome. Les figures principales sont Césaire, Fanon, Cheick Anta Diop, Alioune Diop. Les congressistes adoptent la négritude comme arme de combat contre le colonialisme.
1960 La décolonisation des colonies africaines
1960-1970 L'Euphorie de l'indépendance. Les thèmes reflètent la situation politique et sociale du continent: ils sont optimistes. Ils changent vers la fin de la décennie.
1962 Senghor Nocturnes
1966 Le festival des Arts nègres, Dakar. La fête de la négritude.
1963 Emprisonnement de Nelson Mandela.
1967 Cheikh Anta Diop Antériorité des civilisations nègres: mythe ou réalité ?
1968 Yambo Ouologuem et Le Devoir de violence. Assassinats de Martin Luther King, Jr. et de Robert Kennedy.
1969 Senghor Elégie des alizés
1973 Amadou Hampâté Bâ, L'Etrange Destin de Wangrin
1977 Senghor Liberté 3 : Négritude et civilisation de l'universel
1979 Senghor Elégies majeures
1980 Démission de Senghor comme président du Sénégal.
1970-1980: Premières désillusions.
  On connaît un très grand essor dans l'écriture du roman. Quant à la poésie, deux tendances se distinguent : la voix militante césairienne continue par une poésie militante (Tchikaya U'Tamsi, Paul Dakeyo, Charles Nokan, Jean-Marie Adiaffi…), et la voix senghorienne du retour aux sources ou le lyrisme intimiste. Lilyan Kesteloot ajoute une troisième tendance, le courant philosophique comme Mudimbe, Belingam Obenga, Tati Loutard…
1986 Wole Soyinka reçoit le prix Nobel de littérature.
1990 Libération de Nelson Mandela
1993 Senghor Liberté 5 :Le Dialogue des cultures
1994 Nelson Mandela devient le premier président noir de l'Afrique du Sud.

1980-1995 : L'Afro-pessimisme.

  Aux Antilles. Certains Atillais continuent dans la ligne de la négritude, alors que d'autres veulent réinscrire leur identité dans l'espace antillais et créole. Le Discours antillais d'Édouard Glissant est suivi de L'Eloge à la créolité (Jean Bernabé, Raphaël Confiant et Patrick Chamoiseau). Cette nouvelle conception amène un regain d'étude en linguistique sur le créole.
1995 Patrick Chamoiseau reçoit le prix Goncourt pour Texaco.

 

Les thèmes actuels d'après Lilyan Kesteloot:

· La contestation de la négritude depuis 1970
· Les langues africaines et européennes
· Les littératures nationales
· La francophonie plurielle
· La question épistémologique
· L'écriture féminine
· L'enfance sacrifiée.

Le IIIe millénaire

 

 

 

Le tournant du siècle et du millénaire retrouve l'Afrique en pleine crise des guerres civiles après la décennie des conférences nationales. Ce désordre social a créé des conditions très défavorables aux enfants et aux femmes. C'est ainsi que le thème de l'enfance sacrifiée (l'enfant soldat) passe à l'avant-plan. Ahmadou Kourouma se démarque avec deux romans primés: En Attendant le vote des bêtes sauvages qui reçoit le prix Tropique 99 de et Allah n'est pas obligé courronné du Renaudot et du Goncourt des lycéens.

Chronologie

Histoire culturelle. Les racines des littératures francophones africaines et antillaises ont leur fondement dans la conscience des Africains et de leurs descendants de la diaspora de leur état social. Celui-ci était lié de façon inextricable à la race. Cette conscience a soufflé sur les deux côtés de l'Atlantique.

La critique belge Lilyan Kesteloot mentionne de façon spéciale l'apport des afro-américains, notamment celui de W. E. B. Dubois, le co-fondateur du NAACP. Il était le premier noir américain à faire un doctorat à Harvard. Le texte le plus connu reste sans doute Ames noires ou The Souls of Black Folk.

Parmi d'autres personnalités, l'ont peut citer Booker T. Washington et Marcus Garvey. Les actions et les pensées de ces noirs avaient pour cible une plus large liberté, la reconnaissance de leur héritage africain, et le désir de renouer avec l'Afrique-mère.

Textes à lire

Les textes sur la période initiale de la colonisation à trouver à l'adresse suivante de Gallica : http://gallica.bnf.fr/VoyagesEnAfrique/
· D'autres sites se trouvent sur les sites suivants :

Beaux-arts

Les sites et musées américains.

Africa: the art of a continent, New York.
National Museum of African Art, Washington. Les expositions changent.
Museum for African Art, New York.
The Metropolitan Museum, New York.
University of Iowa: Très utile pour l'information de base.

Les Sites et les musées européens:

Musée d'ethnographie de Genève.
Musée d'ethnographie de Neuchâtel: Permet de rechercher les objets d'art par groupe ethnique ou par géographie.
Musée du Quai Branly, Paris.
Musée d'ethnographie de Bordeaux.
Musée d' Arts Africains, Océaniens et Amérindiens, Marseille:
Musée du Louvre, Paris.
Musée de l'Homme, Paris.
Pitt Rivers Museum, Oxford, UK
Africa Museum, Tervuren, Belgium


Contact: Francoise Ravaux-Kirkpatrick for content on this page.
Last Modified: July 18, 2003 5:12 PM
Contributors: Julie C. Hayes, Kapanga Kasongo, Nancy Bradley-Cromey, Katrina Perry, Françoise Ravaux-Kirkpatrick, Andrew Ross
Website Design: Elizabeth Miles, Suzanne McGinnis, Michael Redwine
© 2002 - 04 Department of Modern Languages & Literatures, University of Richmond
Site questions and Disclaimer