" Les livres parlent avec d'autres livres… "
Umberto Eco

Une dynamique de production textuelle

Le néologisme " intertextualité " est inventé par Julia Kristeva (Sèméiotiké : Recherches pour une sémanalyse, 1969) afin de traduire une constation fondamentale sur l'écriture : " tout texte se construit de mosaïque de citations, tout texte est absorbtion et transformation d'un autre texte. " Il s'agit d'une conception extensive de l'intertextualité : son enjeu n'est pas une identification des éléments empruntés (la traditionnelle " critique des sources "), mais une compréhension des mécanismes fondamentaux de production de tout texte. Roland Barthes reformule cette démarche :

Tout texte est intertexte . . . tout texte est un tissu nouveau de citations révolues. Passent dans le texte, redistribués en lui, des morceaux de code, des formules, des modèles rythmiques, des fragments de langages sociaux. . . . L'intertexte est un champ général de formules anonymes, dont l'origine est rarement répérable, de citations conscientes ou automatiques, données sans guillmets ("Théorie du texte," 1973).

Eric Bordas et al. L'Analyse littéraire: Notions et repères (Paris: Nathan, 2002)

Dans les exemples que vous allez lire, vous étudierez quelques-uns des formes diverses que l'intertextualité peut prendre…